bilan energetique maison
Publié le - 1183 visites -

Bilan de votre installation géothermique

Lorsqu’on fait circuler un fluide dans les profondeurs de la terre, on capte de l’énergie géothermique. La géothermie est donc une science qui enseigne les manifestations thermiques internes du globe. Elle étudie également une technologie qui a pour rôle d’assurer son exploitation. Toutefois, il existe plusieurs types de géothermie à savoir celle peu profonde, géothermie des roches chaudes, celle très profonde à très haute température, celle des roches qui sont naturellement fracturées, et celle stimulée.

L’installation en géothermique

Tout d’abord, il est nécessaire de savoir que le terme géothermique est issu du grec « geo » qui désigne la terre et de « thermes » qui veut dire la chaleur. En effet, l’installation en géothermie est non seulement une solution de production d’eau chaude, mais aussi de chauffage. Ainsi, il existe des types d’installations qui ont des profondeurs différentes avec des puissantes et des températures variantes. Ainsi, on parle d’énergie de développement durable. Et c’est la raison pour laquelle, les autorités françaises ambitionnent d’ici à 2020, d’augmenter jusqu’à 6 les énergies que produit la géothermie, avec une amélioration nouvelle des installations dans les logements individuels.

Les avantages de la géothermique

La géothermie fait aussi partie des énergies renouvelables qui permettent de faire des économies. C’est pourquoi, elle est accessible à tous et apporte du confort dans les habitats. Mais, elle nécessite à faire des opérations afin d’alimenter des réseaux de chaleur. L’énergie géothermique est exploitée localement pour chauffer ou disposer d’eau chaude. Et cela demande également d’avoir un aquifère qui est très suffisant, afin que l’eau atteigne une température de plus 60 degré. Dans un autre cas, un réseau de chaleur peut aussi être alimenté avec des pompes à chaleur via des acquières inférieurs à 50 degré et qui sont très légers. Ce qui rend captivant la géothermie, c’est le tarif des énergies, l’augmentation de la consommation et une volonté de réduire considérablement l’émission du gaz à effet de serre.